Le temps des balades : La Roquette-sur-Var

Ce village ressemble à l’étrave d’un navire lancée au-dessus de la vallée et de Saint Martin du Var. La Roquette domine les céans de ses 387 mètres d’altitude. On y découvre à Castel Vieil les vestiges d’un village primitif.

En 1028, Rochetta est mentionnée au sujet d’un gué, ce dernier était un privilège, celui de traverser le fleuve. Il était le lieu de passage sur les cours d’eau, endroit peu profond et les voyageurs le passaient soit à dos d’homme, soit à cheval, sur un animal de bât ou en voiture. Dans tous les cas ils payaient un péage.

Le fief fut successivement la possession des : Béranger au XIII° siècle, des Ranulfi en 1365 puis des Litti de Saint Auban et de Bonson. Les Lascaris par mariage avec une Litti deviennent suzerains de la Roquette. Les Grimaldi de Beuil y ont des droits au XV siècle.

Julie Lascaris apporte le fief en dot lors de son mariage avec Marc Laugier. Le partage se fait entre ses enfants. La Roquette est dévolue au fils Honoré Laugier, abbé de Saint Pons, en 1606. En 1777, La Roquette a pour seigneur Joseph Vincent Lascaris de Castellar ; il est ministre des Etats de Savoie et le fief de La Roquette est élevé en marquisat. En 1867, Saint Martin du Var devient une commune et est se détache de La Roquette.

La Roquette Saint Martin devient La Roquette du Var. Désormais un pont est lancé, le fleuve n’est plus une frontière et les deux rives du Var sont françaises. L’église de la Chaire de Saint Pierre fut construite à l’emplacement d’un édifice mentionné en 1351.

Cette église fut achevée le 11 août 1682. Elle est un joyau baroque renfermant un retable représentant Saint Pierre, Saint Martin et Sainte Barbe. Une chapelle dédiée à Notre Dame Del Bosco est ornée de fresques d’Andréa de Cella. Le château de Tralatour du XVI° est une demeure privée.

En accédant au belvédère du Portalet, nous découvrons un panorama ; où la mer, les collines niçoises, la vallée du Var et les sommets alpins aux doigts crochus déchirants le ciel ; nous offrant le décor surréaliste de paysages d’une inégalable beauté.

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message