La 19e édition des Femmes en Or à Nice

Après 17 années passées à Courchevel et une édition spéciale à la salle Wagram de Paris l'année dernière, la 19e édition des Femmes en Or se déroulera à Nice pour la première fois du 16 au 18 septembre. Elle est organisée conjointement par la Ville de Nice, Havas Sport & Entertainment et son créateur Jean-Louis Sevez.

Le but ? Célèbrer des femmes d’exception, qui chacune dans son domaine, contribue à valoriser le rôle et la place des Femmes. Chaque année, les Trophées mettent en lumière des parcours, des histoires fortes, des engagements. Ils célèbrent la réussite et permettent de révéler des talents. 11 Trophées seront remis aux lauréates du Jury dans les différentes catégories : Femme de l’Art, Femme d’Entreprise, Femme d’Environnement, Femme d’Exploit, Femme de Francophonie, Femme d’Innovation, Femme de Média, Femme de Révélation de l’Année, Femme de Spectacle, Femme de Style, et Femme de Coeur (en 2010 ce fut Madame Bernadette Chirac).

Un événement uniquement marketing

La présence de nombreaux sponsors donne à la manifestation un cliché "marketing" et au-delà des bonnes paroles cette manifestation restera de la communication événementielle. Ce choix de la municipalité (et la contribution financière qui va avec) fera certainement l’objet des plus vives critiques de la part des opposants de Christian Estrosi, surtout lorsque l’on tient compte du climat économique et social actuel des plus morose.

On pourrait dire que cette dépense aurait pu avoir d’autres destinations plus utiles pour la collectivité. En fait, si on peut ne pas être d’accord avec le maire de Nice quand il affirme "l’évolution de la société en faveur des femmes est incontestable mais il n’en demeure pas moins que ce qui reste à accomplir est encore important", on a quelques difficultés à comprendre que ce chemin doit passer par des belles soirées comme celles-ci.

L’affaire est autrement plus sérieuse ! Il n’y a rien de mal à rééquilibrer la complexité de la vie avec du populisme et "pipolisme". Il s’agit tout simplement de savoir de quoi on parle : "les frusques en semaine et l’habit le dimanche" c’est une expression qui garde toute sa vérité applicative dans les cas comme celui-ci.

Christian Estrosi ne démordra pas de ses convictions. Pourquoi le devrait-il ? Lui aussi pourrait dire que la (sa) raison n’est pas un tort : "Cet événement je l’ai voulu parce que notre politique événementielle doit être la signature de la valeur de Nice sur le marché international du tourisme.

Chacun a ses atouts et caractéristiques . N’oublions pas que notre ville est la deuxième destination touristique en France après Paris.

"J’assume ce choix qui est à mes yeux synonyme d’excellence et de prestige et qui assure une dynamique économique qui beneficie à nos entrepreneurs et citoyens" conclut le député-maire de Nice.

Dans ses 18 éditions précédentes, la manifestation créée par Jean-Louis Sevez a distribué près de 160 trophées dans les differentes catégories. Un succès notable pour son créateur qui a en réalité "mis en forme une suggestion d’un ami, puis au cours des années le concept a évolué et naturellement cela continuera à se faire".

Le budget de la manifestation est de 1 million d’euros ca, dont 400 OOO euros à la charge à la Ville de Nice.

La soirée de Gala (remise de Trophées) aura lieu le 17 septembre à 19 heures à l’Acropolis avec l’intervention de quelques musiciens.

L’entrée sera gratuite et 2 000 billets pourront être retirés à l’accueil de l’Hôtel De Ville.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message