Piscine : la sécurité essentielle

L'été approche et avec, les activités de plein-air. Certains d'entre vous vont goûter au plaisir de plonger dans leur piscine. Hélas, chaque année de nombreux enfants meurent par noyade dans des piscines privées. Nice-Premium vous récapitule les principales mesures de sécurité.

Une piscine privative par tikoman

La législation de 2004 stipule qu’un dispositif de sécurité normalisé doit équiper toute piscine enterrée ou semi-enterrée non-close privative à usage individuel ou à usage collectif. Sont concernées les piscines familiales, d’hôtels, de gîtes et de camping, les piscines de clubs de vacances et celles réservées aux résidents. Cette réglementation est encadrée par la loi n° 2003-9 du 3 janvier 2003 et par les décrets n° 2003-1389 du 31 décembre 2003 n° 2004-499 du 7 juin 2004.
Il existe quatre dispositifs prévus par le décret n°2004-499, à savoir les barrières de sécurité, les alarmes, les abris et les couvertures de sécurité.
Il existe quatre normes homologuées AFNOR, norme NF P90-306 pour les barrières, norme NF P 90-308 pour les couvertures, norme NF P90-309 pour les abris et norme NF P90-307. Ces produits doivent présenter le marquage de la norme, le nom du fabriquant et l’année de fabrication.

Les barrières

Elles doivent empêcher le passage d’enfants de moins de 5 ans sans l’aide d’un adulte. Elles doivent résister aux actions d’un enfant de moins de 5 ans par un système de verrouillage de l’accès. Et enfin, elles ne doivent pas être blessantes. Les barrières se situent à un mètre minimum du bassin, mesurent au moins 1m10 entre deux points d’appui et sont munies d’un portillon, de préférence à fermeture automatique. Malgré un problème d’esthétique que les fabricants tentent de circonscrire, les barrières sont recommandées par la commission de sécurité des consommateurs pour la sécurité des enfants.

Les couvertures de sécurité

Elles doivent empêcher l’immersion involontaire d’enfants de moins de 5 ans, résister au franchissement d’une personne adulte ( une personne de 100kg doit pouvoir passer plusieurs fois dessus) et ne doivent pas blesser. Les bâches retiennent des poids importants et résistent à de fortes pressions ( chutes) mais sont encombrantes une fois enlevées et demandent un certain temps pour les remettre ou les enlever. Une fois en place, eles doivent couvrir toute la surface du bassin.
Les couvertures automatiques telles que les volets, sont très pratiques : la mise en place est aisée et rapide mais cette solution est onéreuse.
Attention les bâches à bulles ne sont pas des dispositifs conformes dans une majorité de cas.

Les abris

Quand ils sont fermés, les abris (ou vérandas) doivent rendre inaccessible le bassin à un enfant de moins de 5 ans et ne doivent pas blesser. Ils apportent une bonne sécurité s’ils peuvent être fermés et qu’ils épousent bien le sol mais sont chers et complexes à mettre en place.

Les alarmes

Elles n’empêchent pas la noyade. Pour répondre aux normes, les commandes d’activation et d’inactivation ne doivent pas être accessibles aux enfants de moins de cinq ans. Les systèmes de détection doivent détecter tout franchissement d’un enfant de moins de cinq ans et déclencher un dispositif d’alerte avec une alarme. Par contre, elles ne doivent pas entraîner un déclenchement intempestif.
Deux sortes d’alarmes sont homologuées : les alarmes immergées et celles périmétriques. Le signal sonore doit être de 100 dba minimum. Il est recommandé d’ajouter à ces alarmes des dispositifs complémentaires. Il existe ainsi des bracelets et des colliers qui se déclenchent quand l’enfant fait une chute dans le bassin ou s’en approche.
Certaines alarmes immergées sur le marché ne sont plus conformes : c’est le cas de DET 10 d’Aqualarm, Poolguard de Energie engineering, Alpool JB 2005 de Alpotec, Aquasensor premium de MG international, et Securipool de Securipool international.
L’avantage premier des alarmes est son prix.

Installation, mise en conformité

La mise en place du dispositif doit se faire avant la mise à eau ou au plus tard à la fin des travaux de piscine si ceux-ci nécessitent une mise à eau préalable.
C’est au fabricant du dispositif de garantir que son produit est conforme à l’une des normes. L’acquéreur doit pouvoir obtenir cette preuve auprès du vendeur ou de l’installateur.
Le constructeur ou l’installateur doit fournir une notice d’utilisation,une notice d’installation, des conseils d’entretien et de sécurité. Sur chaque document, repérez le nom et la référence du modèle, les coordonnées du fabricant, importateur ou distributeur et un numéro de téléphone pour l’information clientèle.
Une non-conformité entraîne une amende de 45 000€.

Prévention

Quel que soit le dispositif de sécurité choisi, la règle essentielle reste la vigilance et une surveillance constante des enfants. Il faut savoir qu’un enfant peut se noyer en 3 minutes dans 20 cm d’eau sans faire de bruit. Quelques conseils sont là aussi de mise.
Veillez à équiper les jeunes enfants autour de la piscine et lors de la baignade, d’une bouée adaptée, de brassards ou d’un maillot flotteur (norme CE NF 13138-1) et apprenez leur à nager dès 4 ans. Pensez à disposer près de la piscine, perche, bouée et téléphone avec n° d’urgence. Surtout ne jamais laisser d’objets (jouets, objets gonflables) dans la piscine après la baignade. évitez les sols glissants propices aux chutes. Enfin n’oubliez pas de réenclencher le dispositif !

En ce qui concerne les piscines en kit, pensez à retirer l’échelle après la baignade pour en condamner l’accès. Elles aussi doivent répondre à des normes : norme NF P90-302

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message