Conseil Municipal : Nice vire au vert avec un nouveau mega-parc dans la Plaine du Var

Les records sont faits pour être battus- c'est une des phrase typique du monde sportif. De mémoire, une séance de Conseil municipal de la durée de 10 heures n'avait jamais eu lieu, même si quelques "marathons" précédents pouvez le faire craindre. En tout cas, le record est tombé et les conseillers municipaux qui ont fait preuve se stoïcisme pourront toujours affirmer : qui dit que les élus ne travaillent pas ? Mais il n'y a pas moyen de mieux organiser les travaux de la collectivité territoriale en faisant approuver les délibérations administratives en commission et réservant à l'hémicycle les sujets de nature politique ? et, au moins à minima, en organisant des cours de formation pour les élus afin de mieux présenter les délibérations de leur compétence de façon moins bariolée , plus simple et efficace ?

La matinée a commencé avec le désormais traditionnel affrontement verbal entre Olivier Bettati et Christian Estrosi, les deux décidément ne peuvent pas se tolérer : attaque virulent du premier en intervenant sur la rapport de la Commission éthique , réponse quelque peu venimeuse du second et grand final avec abandon de la salle du premier, accompagné de commentaires acides de son adversaire.

Quoi dire ? Boh !

Pourtant tout avait bien commencé, de manière un peu protocolaire avec la remise des rapports annuels du comité éthique, médiateur et du conseil communal consultatif.

Si le premier- le Comité éthique- a été commenté par les oppositions pour l’élevé nombre de cas d’emplois familiaux de familiaux d’élus - son président a bien voulu en souligner la fonction de prévention et accompagnement en améliorant règles et comportements-, le second- la médiation- a déjà montré avec la vérité des chiffres ( 138 dossiers traités à l’amiable entre 2016 et 2017) son utilité , en réglant par voie administrative de nombreux cas qui , faute de , auraient tourné vers le contentieux .

Encore une fois, il s’agit de diffuser des pratiques de modernisation de la vie publique. Ce n’est pas facile, il faudra du temps mais la voie est celle-ci.

Et que dire de la possibilité de faire remonter des propositions venant de la société civile à l’administration de la ville grâce au concours de représentants bénévoles issus de la société qui participent ainsi à la mis en place de projets et actions dites de "common goods" (bien commun ) - suivant une tendance qui est entrain de prendre de l’ampleur au niveau mondial pour favoriser la participation active des citoyens à la vie de leur communauté ? C’est le but du Conseil consultatif.

Tout cela ne méritait pas mieux q’une empoignade de basse-cour ?

Mais des nombreux dossiers ont été voté...

La transformation de la plaine du Var

Une Coulée Verte 2.0 est sur le point de voir le jour. Sur un espace total de 25 hectares de verdure disposé à l’Ouest de la ville, la création de ce parc paysager
vise à renforcer le combat en faveur de l’environnement et de la biodiversité. Avec une largeur de 100 mètres, ce parc s’étendra du Palais Nikaïa jusqu’au stade de l’Allianz Riviera.

Entretien des cimetières de la ville, Nice devient définitivement une ville sans pesticides

A l’origine d’une polémique autour de l’utilisation de pesticides, un long débat a eu lieu autour du sujet sur l’entretien des allées des cimetières de la ville. Notamment à cause de forte périodes de pluies, des mauvaises herbes abondent - ci et là- le long des pierres tombales. Depuis 2009, Nice est engagée dans un plan visant à supprimer l’utilisation de pesticides dans les jardins et une partie de la voirie. Mais Christian Estrosi a été interpellé quant aux sentiments et aux émotions des familles de défunt, lorsqu’ils aperçoivent un manque d’entretien du cimetière.

Malgré cela et les quelques polémiques inutilement exagérées, la démarche est "zéro-phyto" est confirmée et accentue la volonté de la ville à s’inscrire dans le développement durable.

De la nouveauté au Parc Phoenix

Cet espace de loisirs situé à l’ouest de la ville a pour mission de transmettre des éléments scientifiques, pédagogique et divertissant à destination de tous. Ce parc abritant plus de 2500 espèces de plantes devrait prochainement s’agrandir notamment avec la construction d’un parcours acrobatique en hauteur. Avec différents niveaux de difficulté suivant la tranche d’âge, ce parcours sportif sera mis à la disposition des habitués et visiteurs de cet espace vert. On vire vers le ludique commercial pour cacher une baisse de fréquentation ?- se sont émus certains conseillers ? L’arrivée du tram qui facilitera l’accès, suffira pour incrémenter le nombre de visiteurs ?

Stationnement pour les professionnels

Les tarifs de l’abonnement des professionnels est de 40€ par mois ou 440€ par an, avec une durée maximum de 2h15 min de stationnement. Au delà de cette tranche horaire, ils pourront rester en payant sans être sanctionnés comme les autres usagers. Une mesure qui va dans le bon sens de prise en charge des situations différenciées.

De plus, chaque stationnement payant se verra gratuit lors de jour de grève, pour éviter toute saturation des transports publics.

Prévention social et de solidarité en faveur des jeunes

Un partenariat entre la ville de Nice et de la Mission Locale Communautaire vise à aider 50 jeunes de 17 à 25 ans à passer leur permis de conduire en manque de ressources. En échange d’une mission bénévole d’intérêt collectif, les candidats au permis pourront bénéficier d’une aide d’un montant de 450 euros.

Un schéma départemental a été approuvé pour lutter contre toutes violences faites aux femmes.

Il s’agit de la participation de la Ville à l’initiative de la délégation préfectorale. Le but étant évident , il s’agit de mettre en place une palette de mesures et les appliquer dans un conteste qui n’est pas toujours réceptif culturellement. Malgré les apparences et les grandes déclarations, il reste à faire beaucoup dans la pratique.

Compte administratif 2017

Il présente un résultat positif de 27 millions d’euros par rapport au budget ( celui annexe de l’Opéra de plus d’1 million).

Mais, mais , ce bon résultat n’est qu’apparent - ont affirmé les oppositions de droite - extrême et apparentée- et de gauche - socialiste, ex-socialiste - divers et écologiste.

La dette est de plus en plus importante, on a dépassé les 500 millions d’euros malgré les transferts importants à la Métropole - dans ce cas elle frôle le 1,5 milliard d’euros- , les charges financières pèsent, les capacités de maîtrise des dépenses de fonctionnement se réduisent , la combinaison entre réduction des transferts de l’Etat et la politique fiscale locale et des tarifs pour les services publiques montre ses limites.

Le plus percutant de tous les intervenants était Patrick Allemand ( Un autre avenir pour Nice) qui n’a pas mâché ses mots : "la ville n’a jamais été aussi mauvaise même si vous avez signé avec l’Etat une convention financière"

L’épargne de gestion poursuit sa dégringolade : 71 millions d’euros en 2015, 51 millions d’euros en 2016, 42 millions d’euros en 2017.

L’épargne brute suit le même chemin : 49 millions d’euros en 2016, 45,5 en 2017.

Mais, même en intégrant les produits financiers exceptionnels, cette année, vous n’y arrivez plus et pour la première fois, l’épargne nette est négative à - 0,53 millions d’euros.

La dette dépasse les 509 millions d’euros dont 109 correspondent à la dette de l’Allianz Riviera qui a encore décru cette année, et qui décroit régulièrement. C’est à dire que l’explosion de l’endettement actuel n’est pas imputable à l’Allianz Riviera, c’est bien la dette spécifique à la ville de Nice qui continue de progresser.

"La capacité de désendettement est aujourd’hui évaluée à 13 années. C’est très préoccupant"- est sa conclusion.

Après ça, comment ne pas voter contre cette "bonne gestion " qui en est pas si bonne que ça !!!

Rénovation Urbaine du quartier des Lisérons

C’est un des points chauds les plus sensibles de la cité. Si les importants investissements et interventions structurelles intervenues dans les 2 quartiers ZUP , l’Ariane et les Moulins, ont amorcés des améliorations dans le quotidien , il est évident que cet îlot est une zone de non-droit.

La récente intervention des forces de l’ordre qui ont démantelé un trafic organisé de monnaies en est l’évidence la plus récente.

Il est évident qu’il ne faudra pas en rester là. L’intervention des services de l’Etat doit être accompagné d’un vaste plan spécial qui prend en charge les aspects sociaux de la situation.

Safe City

Nice a été choisi avec Paris La défense pour l’expérimentation de ce projet qui devrait relier toutes les informations pour une meilleure gestion du territoire. Une reconnaissance du rôle de la ville par son Maire, une mise en avant de l’option Big Brother pour Paul Cuturello. Qui aura raison ?

Voeux

En conclusion de la séance, deux voeux ont été présentés par les groupes de gauche : la première demande la constitution d’une commission pour l’élaboration d’une schéma vélo et mobilité douce. Elle a été renvoyée à un groupe de travail au sein de la Métropole.

La deuxième, dénonce la situation tendue du service santé dans le sens plus large du terme et l’exigence du maintien de la qualité du service soutien au personnel soumis à rude épreuve. Qui pouvait être contre à cette simple déclaration ?

Des points mineurs ont également été délibérés :

1 - Protection des lycées, 13 lycées publics de la ville pourront être équipé du système de bouton d’alerte avec report d’image vers le Conseil Supervision Urbain sur déclenchement d’alarme.

2 - Une première édition de la "Journée du Commerce et de l’Artisanat" sera
organisé 22 et 23 septembre pour donner à ce secteur économique la centralité qu’il mérite dans l’action publique de soutien

3- Des noms de personnalités ont été attribués à des rues et des sites
Le nom d’Arnaud Beltrame, l’héroïque gendarme tué lors de l’attentat de Trèbes aura son nom au centre d’entraînement des forces de sécurité et de secours, situé rue Raoul-Dufy. "René Goscinny", l’un des créateurs d’Astérix, sera le nouveau nom du plateau supérieur de la colline du Château s’appellera désormais.
Le parvis sera lui rebaptisé du nom de l’écrivain et journaliste Jean d’Ormesson, qui a vécu et passé un part de sa scolarité à Nice.

4 - L’offices du tourisme devient métropolitain. La décision a été officialisée . Il perd quelques compétences, p.e l’organisation du Carnaval, mais devient le pivot de la politique touristique et coordonnera l’action des offices municipaux.

5- Traditionnelle pluie de subventions associatives, culturelles, événementielles, sportives . C’est le prix du maillage social et ...des sympathies électorales.
Le Rassemblement National ( feu FN) a mis en discussion la méthode d’un vote unique qui empêche un vote cas par cas et a annoncé un recours administratif . Effectivement, vu les sommes distribuées , un peu plus de transparence ne serait pas de trop.

6- Les associations des Rapatriés ont été soignées comme il faut : la municipalité niçoise contribuera à la restauration della Restauration de la Basilique Dame d’Afrique, un geste symbolique qu’il sera apprécié comme il se doit.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message