France - Italie (3-1) : les Bleus ont brillé

Face à la Squadra Azzura de Balotelli, l'équipe de France a fait le spectacle à l'Allianz Riviera de Nice (3-1) et a rassuré sur son niveau de jeu. Les italiens, toujours en reconstruction, se sont montrés vaillants mais limités.

Il y avait un parfum particulier dans les travées de l’Allianz Riviera, ce vendredi soir. Outre la venue de l’équipe de France et de ses stars, c’est une autre star qui jouait à domicile et qui était au cœur de l’attention : Mario Balotelli.

Dans le jardin qui l’a vu renaître de ses cendres un soir de septembre 2016, il a été chaleureusement accueilli par le public niçois, comme pour le féliciter pour son retour en sélection mais aussi le remercier pour les deux saisons passées en rouge et noir. Contrairement aux rumeurs, il n’a pas eu l’honneur du brassard de capitaine (et on le comprend) malgré la polémique récente déclenchées par des supporters italiens en Suisse. Mais, comme l’ont dit les supporters niçois (sur une banderole interdite par les stadiers) : "Pelle nera, sangue rosso...Mario, qua, sei il capitano !" (Peau noire, sang rouge... Mario, ici, tu es le capitaine !).

Il disputait probablement ce soir sa dernière rencontre sur la pelouse de l’Allianz Riviera. Et beaucoup de monde espère secrètement qu’il n’y reviendra pas avec un maillot blanc et bleu (celui sponsorisé par Orange). Dommage qu’il soit sorti presque anonymement, en même temps que Pogba (à la 86e) car il aurait mérité une belle ovation pour son match complet.

Pendant une heure, l’affiche tient toutes ses promesses. Les Bleus ont signé une entame convaincante, matérialisée au tableau d’affichage par Samuel Umtiti. À la suite d’un centre de Benjamin Pavard et d’une reprise au second poteau de Kylian Mbappé repoussée par Sirigu, l’ancien Lyonnais, à l’affût, a ouvert la marque de près (1-0, 9e).

Si les Italiens se sont procuré deux situations chaudes par Mario Balotelli (15e et 16e), les Bleus sont vite repartis de l’avant et N’Golo Kanté a touché le poteau droit de Sirigu d’une belle frappe de à terre d’environ 25 mètres, après une passe en retrait d’Antoine Griezmann (20e).

Neuf minutes plus tard, l’attaquant de l’Atlético de Madrid allait concrétiser la domination française sur un penalty, consécutif à une faute sur Lucas Hernandez (2-0, 29e). Largement dominés jusque-là, les Italiens vont pourtant revenir au score. À la suite d’un coup franc puissant de Balotelli repoussé par Hugo Lloris, Bonucci, esseulé aux six mètres, a relancé le suspense (2-1, 36e).

Après le repos, la fatigue a fait son oeuvre. Les attaquants ont alors bénéficié d’espaces plus grands. À la 63e minute, d’une très belle frappe enroulée du pied droit, Ousmane Dembélé a permis à l’Équipe de France de reprendre deux buts d’avance (3-1, 63e). L’attaquant du FC Barcelone avait touché la barre de Sirigu un peu plus tôt après avoir pris de vitesse l’arrière-garde italienne en contre (47e). Le rythme est retombé en fin de rencontre.

LA RÉACTION DE DIDIER DESCHAMPS

« Il y a beaucoup de choses qui m’ont plu. On a concédé plus de situations en seconde période mais on a alors aussi montré notre faculté à aller vite et à se créer des occasions. Si on arrive à être plus efficace… Cette victoire clôture notre première partie de préparation. Les joueurs ont affiché l’état d’esprit que l’on attend. On ne va pas s’enflammer. Même si tout n’a pas été parfait contre l’Italie, il faut garder tout ce que dégage ce groupe en termes d’ambition, d’enthousiasme ».

LA RÉACTION DE KYLIAN MBAPPÉ

« Notre relation en attaque est prometteuse, même s’il il y a encore deux ou trois ajustements à faire. Je dis toujours que je veux jouer avec des grands joueurs et aujourd’hui je suis servi, Antoine fait partie du top mondial, Ousmane est pour moi le meilleur jeune du monde, donc je suis bien entouré. Il faut peaufiner les détails, car une Coupe du monde se joue sur des détails, par exemple les trous qu’on a en fin de mi-temps. On l’a vu, on prend un but et après on est un peu entravés ».

LA RÉACTION DE ROBERTO MANCINI

« Nous avons commis quelques erreurs, mais la France est parmi les meilleurs équipes. On a fait des bonnes choses, mais nous savons que nous devons nous améliorer, ce qui est normal. J’ai même eu l’espoir qu’on égalise à 2-2, mais je ne dis pas qu’on méritait de gagner. La France nous est supérieure. Même les amicaux, personne n’aime les perdre. Pour Berardi et Chiesa, c’est une bonne expérience pour montrer leurs qualités et avancer sur le plan international. J’ai aimé notre personnalité, comment notre équipe était sur le terrain. Mais on a commis plusieurs erreurs techniques. La France a eu quatre ou cinq contre-attaques par notre faute. Mais c’est aussi dû à la fatigue, au bout d’une longue saison. Mario Balotelli a fait un bon match, encore meilleur que contre l’Arabie saoudite. Physiquement, il est au niveau. Mais il peut encore s’améliorer ».

FEUILLE DE MATCH

Vendredi 1er juin, 21h
Allianz Riviera, Nice
Match amical

France-Italie : 3-1 (2-1 à la mi-temps)

Spectateurs : 35 006

Arbitre : M. Anthony Taylor

Buts pour la France : Umtiti (9e), Griezmann (29e sp), Dembélé (63e)

But pour l’Italie : Bonucci (36e)

Avertissement pour l’Italie : Pellegrini (42e)

France : Lloris (cap.) - Pavard, Rami, Umtiti, Hernandez (Mendy, 61e) - Tolisso (Matuidi, 77e), Kanté, Pogba (Nzonzi, 86e) - Mbappé (Thauvin, 82e), Griezmann (Giroud, 77e), Dembélé (Lemar, 70e)
Entraîneur : Didier Deschamps

Italie : Sirigu - De Sciglio, Caldara, Bonucci, D’Ambrosio (Florenzi, 74e) - Pellegrini (Cristante, 65e), Jorginho (Bonaventura, 78e), Mandragora - Berardi (Insigne, 74e), Balotelli (Belotti, 86e), Chiesa (Zappacosta, 86e)
Entraîneur : Roberto Mancini

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message