JO 2024 : Paris joue toutes ses cartes

Grand oral ce matin du Comité de candidature de Paris devant les membres du CIO à Lausanne. Pendant 75 minutes, tant est prévu que la présentation devra durer, ils devront convaincre les congressistes que leur candidature est bien la meilleure ! La délégation de Paris 2024 compte 13 personnes : Emmanuel Macron, le chef de l’Etat ; Tony Estanguet et Bernard Lapasset, les deux co-présidents de la candidature ; Anne Hidalgo, la maire de Paris ; Guy Drut, membre du CIO ; Denis Masseglia, le président du CNOSF ; Emmanuelle Assmann, la présidente du comité paralympique français ; Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France ; Laura Flessel, la ministre des Sports ; Etienne Thobois, le directeur général de Paris 2024 ; les athlètes Sarah Ourahmoune (boxe), Emmeline Ndongue (basket) et Michael Jérémiasz (tennis en fauteuil).

Le CIO a publié le rapport de la commission d’évaluation pour les Jeux de 2024. Sans surprise, il est favorable aux deux dernières villes en lice, Los Angeles et Paris.

Patrick Baumann, le président de ladite commission après le retrait de Frankie Fredericks, avait donné le ton au moment de conclure les visites de la commission, le 12 mai à Los Angeles, puis le 16 mai à Paris.

En Californie, il avait parlé innovation et marché économique. A Paris, il avait évoqué la culture et le patrimoine.

« Los Angeles est une des destinations sportives et récréatives les plus attrayantes de la planète, tandis que Paris a une histoire sans égale, martèle le rapport. Los Angeles et Paris ont présenté le meilleur de leur ville, et ce meilleur est ce qui se fait de mieux pour les Jeux Olympiques »

Difficile de faire mieux dans le registre des éloges et du tableau d’honneur. Aux membres du CIO de choisir, non plus le nom du vainqueur, mais l’ordre des lauréats, étant acquis que le CIO délibérera la double assignation, en 2024 et 2028.

Si Paris semblait avoir jusqu’à maintenant la faveur du pronostic, un sondage d’opinion effectué au mois de février par le CIO révèle un taux de soutien de 78% parmi la population de Los Angeles, le plus élevé de l’histoire récente pour une candidature américaine, avec seulement 8% des sondés se déclarant hostiles aux Jeux.

La même enquête d’opinion, réalisée au même moment à Paris, affiche un soutien moins large pour la candidature française : un taux de soutien de 63%, mais 23% d’opposants au projet.

L’habitude invétérée des français a ne jamais être contents sera une fois de plus la cause d’un revers ?

JO 2024 : Paris espère 10,7 milliards de retombées économiques

Paris espère que l’organisation de la compétition internationale bénéficiera notamment aux secteurs du tourisme et de la construction.

Le comité de candidature française, coprésidé par le champion olympique Tony Estanguet et l’ancien patron du rugby français et mondial Bernard Lapasset, a présenté un projet évalué à 6,2 milliards d’euros au total.

Très éloigné des 15 milliards d’euros investis par Londres pour les JO de 2012, la référence la plus pertinente. Paris s’appuie en effet largement sur des infrastructures déjà existantes. Ce faisant, la capitale limite ces investissements de construction.

Le budget prévisionnel se ventile ainsi : 3,6 milliards d’euros pour le volet opérationnel, financé par un subside du Comité international olympique (CIO), les sponsors privés et les ventes de billets, auxquels il faut ajouter 3 milliards d’euros pour les infrastructures, dont 1 milliard pour les constructions spécifiques aux JO (rénovation du Stade de France, construction de la piscine, etc...), et 1,92 milliard pour le village olympique, dont la construction devrait être au moins en partie prise en charge par des investisseurs privés.

Les organisateurs peuvent mettre 57 000 chambres d’hôtel à disposition sur la période des Jeux, c’est plus que les 40 000 demandés par le CIO.

Du côté de la billetterie, Paris 2024 est resté prudent en se basant sur un taux de remplissage des enceintes de 85% (et 75% pour les Jeux Paralympiques), alors qu’il a dépassé les 95% pour les JO de Londres de 2012.

source : Paris 2024

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message