Les JO Paris 2024 : un coup de "booster" pour l’économie française.

Après trois échecs retentissants (1992, 2008 et 2012), la capitale française va accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024.

Organiser les olympiades d’été coûte en effet une fortune aux villes hôtes et les bénéfices réels sont difficilement quantifiables. Les JO 2024 sont-ils, alors, une chance pour Paris et son agglomération ?

Les Jeux Olympiques, c’est une chance pour la capitale, pour la région Ile-de-France, mais aussi pour la France en général. Mais attention, ne croyons pas que cette compétition aura des retombées économiques à court terme : ses effets seront à peine perceptibles sur le PIB de l’année 2024.

En effet, d’un point de vue touristique, il y a un double effet d’éviction et de substitution. Les touristes souhaitant visiter Paris pour le musée du Louvre et la Tour Eiffel céderont leur place aux touristes "sportifs", comme cela a été le cas pour les JO de Rio. Et les secteurs économiques qui bénéficieront des JO le feront au détriment d’autres activités.

Ce projet permettra à de nouvelles infrastructures sportives de voir le jour. Il va accélérer la construction du CDG express, un projet de liaison ferroviaire directe entre l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et la capitale, mais aussi celle des nouvelles lignes de métro du Grand Paris. Des investissements rentables sur plusieurs décennies qui amélioreront le quotidien des Franciliens dès leur mise en service.

En bref, il s’agit d’une belle opération économique sur le long terme, n’en déplaisent aux opposants des JO à Paris. Ces derniers estiment que la ville candidate a largement sous-estimé le coût réel des olympiades, et craignent que la facture n’atteigne des sommets, comme cela est généralement le cas.

Paris respectera globalement son budget prévisionnel ? Paris prévoit une enveloppe de 6,6 milliards d’euros pour organiser ses JO en 2024.Les expériences passées montrent, presque à chaque fois, que les sommes dépensées dépassent le budget initial*.

Au-delà des coûts, se pose la question des retombées économiques. Bien sûr, les investissements produiront des effets positifs sur l’activité locale, mais il est compliqué d’évaluer l’ensemble des retombées économiques car elles incluent un ensemble d’impacts diffus sur le tourisme, l’emploi, la restauration, la fiscalité...

De ce côté , les Jeux Olympiques c’est une excellente nouvelle pour la Seine-Saint-Denis. Recouvrement des voies ferrées, échangeur autoroutier, nouvelles infrastructures sportives, les organisateurs ont prévu un vaste plan de requalification urbain. Le nord de la capitale, et la ville de Saint-Denis en particulier, vont changer de visages.**

*A titre d’exemple, les JO de Londres 2012 ont coûté deux fois plus cher que prévu. Les britanniques misaient sur un budget initial de 7,5 milliards d’euros alors que les olympiades ont coûté aux alentours de 15 milliards !

**L’organisation des JO donnerait un coup d’accélérateur au Grand Paris. Londres avait profité des JO de 2012 pour réaménager une rive entière de la Tamise, qui ressemblait, autrefois, à un gigantesque terrain vague. Aujourd’hui, l’offre de transports y est étoffée, de nouveaux logements ont vu le jour et des commerces s’y sont implantés.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message