Montpellier HSC - OGC Nice (2-0) : Niveau zéro

Les Aiglons n'ont jamais fait trembler une équipe de Montpellier qui, contrairement à ses visiteurs, avait envie de jouer, et surtout de gagner.

Lucien Favre et les Rouge et Noir ont ruminé pendant 15 jours leur impensable défaite face à l’OM. Ils n’auront que 4 jours avant de se replonger dans la compétition (jeudi face à la Lazio), mais, malheureusement, le scénario de cette partie dans l’Hérault devrait également leur donner quelques maux de tête.

Le coach suisse avait reconduit son traditionnel 4-4-2, dans lequel Jallet et Koziello faisaient leur retour. Un schéma qui s’accommodait bien du 3-5-2 adverse. Dès les premiers instants les Rouge et Noir étaient menaçants, par Plea (4’) et Balotelli (7’).

Si, depuis le début de saison, les Aiglons parviennent à se créer de nombreuses situations, ils en concèdent malheureusement trop. Dans ce premier acte, c’est sur coup de pied arrêté que vint la menace héraultaise, sans précision heureusement avec des tentatives de la tête non cadrée d’Aguilar (5’), Hilton (36’). Mais, dans l’intervalle, ce sont surtout les Azuréens qui eurent eu les meilleures opportunités. Et quelles occasions ! Sur une mésentente entre Congré et Hilton, Plea chipa du bout du pied le ballon dans la surface adverse mais buta sur Lecomte. Balotelli avait suivi et pensait marquer dans le but vide, c’était sans compter sur une incroyable détente du portier des locaux (27’). Dans les secondes qui suivirent, St Maximin déposa son vis-à vis mais buta lui aussi sur Lecomte (28’). Même sanction pour Jallet qui ouvrit bien son pied, mais là encore le portier fut à la parade (29’). En fin de période, après un incroyable contrôle "en porte-manteau" Super Mario s’inventa une occasion mais dut là encore s’avouer vaincu face à la vivacité du dernier rempart des "rose" d’un jour.

L’entrée des Aiglons dans la deuxième période fut plus compliqué. C’est une malheureuse constante de ce premier tiers de saison pour les Rouge et Noir, surpris à la 55’ par un missile de Sessegnon, une réalisation certes superbe, mais sur laquelle le Béninois eut trop de temps pour avancer et armer sa frappe.

Nantis d’un retard d’un but, les Niçois eurent pourtant l’opportunité de revenir. Cette fois-ci Lecomte n’eut pas besoin de ressortir son costume de super-héros. Il était suppléé sur sa ligne par Aguilar sur une frappe de Lees-Melou consécutive à un superbe débordement de Saint-Maximin. Et vit Alassane Plea dévisser sa frappe en face à face, mis sur orbite après une superbe déviation de Balotelli.

Une occasion manquée de trop pour le Gym, qui mis un genou à terre quelques minutes plus tard sur une belle frappe enroulée d’Isaac Mbenza qui venait de rentrer en jeu (2-0, 75’)...

Avec 10 points en 9 journées, les Aiglons ont déjà laissé beaucoup de points en route et devront relever la tête dimanche prochain lors de la réception de Strasbourg à l’Allianz Riviera.

PAROLES, PAROLES...

LUCIEN FAVRE : « On a fait une bonne première mi-temps mais un match dure 95 minutes. C’est un rythme à tenir, que ce soit offensivement ou défensivement. On a vu qu’on a eu de la peine à tenir en seconde le rythme qu’on a imposé en première. Avoir autant d’occasions en première période et rentrer à 0-0, ce n’est pas grave en soi. C’est comme ça, c’est le foot. Mais ensuite, il faut rester concentrés, continuer à faire les courses. Etre compact comme on a su bien le faire pendant 45 minutes, avec une possession de ballon assez élevée. Si on ne se met plus à faire les courses de démarquage, on ne peut plus réussir une période du même niveau. Si un ou deux le font moins bien, c’est un enchaînement ensuite... »

MAXIME LE MARCHAND : « Il y a vraiment eu 2 mi-temps différentes. Lors de la première, nous étions bien en place, nous avions retrouvé nos automatismes et reproduit ce que nous avions travaillé la veille. Mais nous avons manqué de réussite pour marquer. En 2e, nous avons baissé le pied, et perdu des ballons, ce qui leur a permis de contre-attaquer, notamment sur le 2e but. Montpellier a eu plus de réussite, avec des frappes de loin qui vont au bon endroit. Mais il faut savoir s’appuyer sur le positif : nous avons des certitudes dans le jeu, et c’est ce qui nous permettra d’avancer. »

CHRISTOPHE JALLET : « On fait une très bonne première période et a pas mal de situations avant pour ouvrir le score. Peut-être qu’on les relance aussi car on a un peu de déchet technique au retour des vestiaires. On encaisse malheureusement ce but sur une de leurs premières occasions, sur une frappe de loin. On n’est pas en réussite dans les 2 zones de vérité, que ce soit offensivement ou défensivement et la moindre petite erreur, on la paye cash. Il y a des périodes comme ça, où ça ne veut pas rigoler. Il faut faire le dos rond et se remobiliser avant le match important jeudi en Europa League face à la Lazio. C’est à nous d’en faire 2 fois plus pour inverser la tendance ».

A Montpellier, Stade de la Mosson,
Montpellier Hérault 2-0 OGC Nice (mi-temps 0-0)

9e journée de L1 - 15/10/2017

12 000 spectateurs environ

Arbitre : Jérôme Brisard

Buts : Sessegnon (55’), Mbenza (75’) pour Montpellier

Avertissements : Roussillon (61’) à Montpellier ; Dante (33’) à Nice

Montpellier : Lecomte - Mukiele, Hilton, Congré - Aguilar, Skhiri, Lasne, Roussilou - Sessegnon (Sambia, 71’) - Camara (Sio, 78’), Ninga (Mbenza, 70’)

OGC Nice : Cardinale - Souquet, Dante (cap.), Le Marchand, Jallet - Saint-Maximin (Srarfi, 79’), Koziello (Mendy, 66’), Seri, Lees-Melou (Mahou, 78’) - Plea, Balotelli

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message