OGC Nice - ES Troyes AC (1-2) : Rentrée douloureuse

Le Gym s'est incliné face au promu troyen au terme d'un match plus que moyen. Le déplacement à Naples mercredi s'annonce très compliqué.

Pour sa première à domicile, les Aiglons devaient se reprendre après une défaite inaugurale à Saint-Étienne. Une défaite qui pointait déjà les nombreux défauts du Gym version 2017-2018. Le match face à Troyes, promu de Ligue 2, n’aura fait que les confirmer.

Tout commençait pourtant bien, avec un onze-type agrémenté de Saint-Maximin, tout juste arrivé et remplaçant numériquement Valentin Eysseric. Et comme toujours avec le Gym, un début de match canon qui permit à Saint-Maximin de se montrer. Percussion, vitesse, dribbles, en quelques minutes, l’ancien bastiais a conquis l’Allianz Riviera.

C’est Bassem Srarfi qui se procure la première vraie occasion du match, après 10 minutes de jeu. Après avoir effacé toute la défense troyenne (bien aidé par des contres favorables), le tunisien a voulu marquer lui-même, en oubliant Pléa seul sur sa droite.

Plus tard, c’est Saint-Maximin qui se heurte à un Samassa solide (18e). Pléa par la suite manquera aussi une action, sa frappe étant trop croisée (33e).

DEUXIÈME MI-TEMPS FATALE

Après une première période dominée de la tête et des épaules, le Gym revient avec des intentions. Sur une frappe lointaine de Seri, le ballon repoussé par Samassa revient sur Srarfi, mais il rate encore sa reprise et offre un deuxième arrêt au gardien troyen (48e).

Le Gym, qui aime beaucoup jouer à droite sans oublier l’axe et un peu sur le côté gauche (oui, un peu comme Emmanuel Macron), va pourtant se faire surprendre presque trop naïvement.

Quelques minutes après la reprise, l’éternel Benjamin Nivet lance Niane en contre. Plus rapide que Dante, il profite de la sortie ratée de Cardinale pour le lober (54e).

Heureusement Nice se reprend, et c’est Lees-Melou, auteur d’un match moyen, qui obtient un pénalty, parfaitement lancé par Seri. C’est Pléa qui se charge de le transformer et d’égaliser (1-1, 63e).

Seulement le Gym plie à nouveau, et après un arrêt devant Grandsir (67e), Cardinale se fait à nouveau surprendre sur une reprise de Khaoui (1-2, 85e).

Auteurs d’un bon match dans l’ensemble, les Troyens méritent leur victoire. Mais les Aiglons pourront regretter d’avoir été trop peu réalistes. Le Gym manque d’allant offensif et cela se ressent. Les retours de Balotelli et de Cyprien couplés à l’arrivée de Sneijder devraient faire du bien au Gym, mais il faudra encore attendre avant de voir la magie opérer.

Et non, ce ne sera pas pour mardi, sur la pelouse de Naples. Autant dire que le barrage de Ligue des Champions s’annonce très compliqué...

LE JOUEUR : ALLAN SAINT-MAXIMIN

Il a un nom de personnage de sitcom américaine (ou de méchant de série française), des demi-dreadlocks et des jambes de feu. La nouvelle coqueluche de l’Allianz Riviera n’a pas mis beaucoup de temps pour enflammer son côté gauche. Face à lui, Mathieu Deplagne a sûrement perdu un, voire deux reins.

LE MATCH EN ÉMOJIS

TOPS :

😍 : Les dribbles de Saint-Maximin, en jambes pour sa première
💪🏻 : Koziello, très solide au milieu
🌈 : l’arc-en-ciel au-dessus du stade, plus intéressant qu’une bonne partie du match
😎 : Souquet, le McGyver du Gym : il défend, il attaque, il dribble, il centre, il tacle, il s’embrouille (il marque même des buts, des fois !).

FLOPS :

😤 : Srarfi, aka Celui-qui-ne-voulait-pas-passer-le-ballon
🤢 : la paire Sarr-Lees-Melou à gauche
😴 : Cardinale, aux fraises sur les deux buts
🖕🏻 : l’arbitrage encore limite, surtout en fin de match

PAROLES, PAROLES...

Lucien Favre : « C’est un match qu’on pouvait aussi gagner. On a eu des occasions, eux aussi. On a 4 occasions nettes. Troyes était bien regroupé et organisé. Ils font peu de fautes et sont difficiles à manoeuvrer. Il fallait être patient et jouer plus vite. Trouver les intervalles. Il n’y a pas eu assez de fixation sur les côtés. On a parfois réussi à passer dans l’axe. Mais on prend deux buts… Rappelez vous le début de saison passée, ça se jouait à peu aussi.

Arnaud Souquet : « A la mi-temps, on se dit que l’erreur à ne pas faire, c’est prendre un but. Et au final on en prend 2... Ce soir, c’est la déception qui domine, on doit tous faire mieux. Mais dès demain, il va falloir vite récupérer et se replonger dans Naples. C’est un avantage de jouer tous les 3 jours, au moins on peut enchaîner les matchs. C’est dommage parce que ça aurait pu faire une bonne répétition pour arriver là-bas avec le plein de confiance.

Dante : « Il ne faut pas baisser la tête et continuer à travailler. C’est difficile d’analyser comme ça après un match, mais ce qui est clair, c’est qu’on a toujours des choses à régler et à améliorer. C’est la base du foot. Dès qu’on rencontre des surfaces réduites, ça devient plus compliqué. C’est un apprentissage et c’est à nous de trouver le meilleur moyen pour aborder les matchs avec plus vigilance. Naples, ça va être chaud, reprend l’international brésilien, les clubs jouent la qualif’ en Champions League, c’est important. Ils ont des joueurs expérimentés, ça va être difficile mais il va falloir se rendre là-bas avec confiance et tout donner. Il faut prendre la défaite de ce soir avec la haine et aller à Naples pour faire un bon résultat ! »

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 1-2 ESTAC Troyes (0-0 à la mi-temps)

Affluence : 24 260 spectateurs

Arbitre : M. Jérôme Miguelgorry

Buts : Pléa (62’) pour Nice ; Niane (54’), Khaoui (86’) pour Troyes

Avertissements : Koziello (63’), Dante (90’) à Nice ; Vizcarrondo (60’), Samassa (62’), Hérelle (77’) à Troyes.

OGC Nice : Cardinale - Souquet, Dante (cap), Le Marchand, Sarr (Jallet 70’) - Koziello, Seri - Lees-Melou (Marcel 88’), Srarfi (Mahou 60’), St-Maximin - Pléa

Troyes : Samassa - Deplagne, Hérelle, Vizcarrondo, Traoré - Bellugou (Confais 80’), Dingomé - Grandsir (Khaoui 84’), Nivet (cap) (Azamoum 70’), Darbion - Niane

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message