OGC Nice - SM Caen (4-1) : un festival pour conclure

Pour leur dernière de la saison à l'Allianz Riviera, les Aiglons ont régalé leur public, en pliant le match dès la mi-temps. Une victoire qui ne leur assure toutefois pas une place en Ligue Europa.

Une « pastèque » des 30 mètres, à terre, au bout de 2 minutes. Brice Samba battu, Super Mario put saluer le peuple rouge et noir de sa célèbre révérence, comme un chef. Comme un guide.

L’entame de match fut parfaite, le scénario favorable. Les débats délicieux.

Menés et obligés de tenter quelque chose, les Caennais ne purent, dès lors, se contenter de défendre en bloc. Une superbe affaire pour les Aiglons, qui déroulèrent leur football, comme à leurs plus belles heures. Menés par un Mika Seri des (très) bons jours, actif, précis et inventif.

Bref, tout fut au rendez-vous lors de cette 37e journée. Du moins à l’Allianz, puisque Rennes s’est imposé au Parc des Princes dans le même temps.

A l’Allianz, donc, l’on vit du jeu à une ou deux touches, du mouvement, un tempo respecté. En 4-3-3, face à un 4-4-2 en losange fait pour être performant dans l’axe, les Azuréens étirèrent leurs adversaires. En longueur, en largeur, en profondeur. La rencontre « sentit rapidement bon », comme on dit dans le jargon. Un pénalty marqué en force par Balotelli, annulé puis (re)marqué par l’Italien – à droite du gardien, fort et à terre -, à la 8’, renforça cette agréable odeur printanière.

Si, cette saison, il leur arriva parfois de s’effondrer après une entame du tonnerre, cette fois les coéquipiers de Dante ne faiblirent pas. Comme s’ils voulaient remercier leurs supporters pour leur indéfectible soutien. A grands coups de petit jeu, Nice fit souffrir les Normands. Se procura une tonne d’occasions en construisant chacun de ses mouvements (frappes de Plea captée par Samba à la 14’ et à côté à la 38’ ; tête de Dante hors cadre à la 42’). Un régal pour les yeux. Un amuse-bouche à côté de ce qui se déroula peu après la demi-heure de jeu…

Au bord de la ligne de touche, à mi-terrain, Allan Saint-Maximin enchaîna un double-contact et une roulette, puis lâcha la chique et poursuivit son action. Après relais, le ballon arriva jusqu’au signore Balotelli, qui plaça sur orbite le numéro 7. Lancé comme une flèche, « ASM » termina le travail du gauche, avant de partir à toute allure célébrer ce 3e but en L1 avec ses coéquipiers (3-0, 38’).

Un sprint monstrueux de ce même Saint-Maximin, superbement lancé par Tameze, lança le second acte. Malheureusement, Samba s’interposa sur la frappe croisée de l’ancien Bastiais (47’), mais le ton fut donné. Benitez capta une tête de Da Silva (53’) et, dans la foulée, Super Mario fila au but et fut fauché par Diomandé, qui prit deux jaunes à la file et laissa ses coéquipiers en infériorité pendant une demi-heure. L’emprise niçoise fut totale. Les occasions se succédèrent et se heurtèrent toutes à Brice Samba jusqu’à... une petite douceur venue de Côte d’Ivoire. Sur un coup frand rapidement joué par Cyprien, Plea envoya Mika Seri seul au but, en une touche. Si souvent magique depuis son arrivée à Nice, le numéro 6 termina le travail d’un piqué soyeux (4-0 72’).

Après une belle parade, Benitez s’inclina sur un but de Kouakou (76’), dans ce qui incarne le seul bémol de la soirée rouge et noire.

Après cette superbe copie devant leur public, les Niçois devront aller chercher un exploit à Lyon pour faire ce qu’aucun de leurs prédécesseurs n’est parvenu à réaliser avant eux : se qualifier pour une 3e campagne européenne de rang.

A l’issue de la 37e journée, le Gym reste à 3 longueurs du Stade Rennais, victorieux à Paris (2-0). Et dans son dos, le groupe de Lucien favre voit Bordeaux (qui s’est imposé 4-2 contre Toulouse) revenir à 2 points – à égalité avec les Verts. Autant dire que la dernière journée de la saison aura une importance particulière pour le Gym et ses concurrents...

LA RÉACTION DE LUCIEN FAVRE

Ça s’est bien déroulé pour nous. On mène 2-0 après 12 minutes. En marquant avant la mi-temps le match était quasiment plié. C’est juste dommage de faire 1-1 à 11 contre 10 en deuxième période. C’eut été important de continuer à marquer pour le goal average, je regrette qu’on n’en mette pas un ou deux de plus. On a bien combiné. Nous sommes allés plus vite vers l’avant. Parfois les autres résultats nous sourient, ce soir ce n’est pas le cas. Il ne faudra compter que sur nous-mêmes. On a perdu pas mal de points bêtes cette saison. Ça tient à très peu de choses, tous les matchs sont serrés, il y a parfois des résultats surprenants. Celui de Paris ne me surprend pas plus que ça, ils ont tout gagné et se sont relâchés, on l’a déjà vu contre Guingamp et Amiens auparavant.

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 4-1 SM Caen (3-0 à la mi-temps)

Affluence : 22 570 spectateurs

Arbitre : Frank Schneider

Buts : Balotelli (2’ ; 9’ s.p.), Saint-Maximin (37’), Seri (72’) pour Nice ; Kouakou (76’) pour Caen.

Avertissements : Guilbert (35’), Diomandé (53’, 54’) pour Caen

Expulsion : Diomandé (54’) pour Caen

OGC Nice : Benitez - Souquet (Burner 90’), Marlon, Dante (cap), Le Marchand - Tameze (Srarfi 79’), Cyprien, Seri - Saint-Maximin, Balotelli, Plea (Le Bihan 79’).

SM Caen : Samba - Guilbert, Diomandé, Da Silva, Mbengue - Féret, Aït Bennasser, Peeters (Deminguet 46’) - Rodelin (Sankoh 69’) - Santini, Crivelli (Kouakou 46’).

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message