OGC Nice - Stade de Reims (0-1) : une défaite pour commencer

Surpris d'entrée de jeu par le promu rémois, les Aiglons ont tenté en vain de recoller au score, malgré une volonté affichée d'aller vers l'avant. L'arrivée d'un , voire deux attaquants devient urgent.

Prendre un but et courir derrière le score, face à un bloc hyper compact. Le piège est connu et, une fois activé, il faut éprouver mille maux pour s’en tirer. Comme dans une mauvaise histoire, les Aiglons se compliquèrent la tâche dès la 2e minute, moment où ils laissèrent trop de latitude aux Rémois, qui ne se firent pas prier pour transformer cette liberté en avantage, puis cet avantage en succès.

Sur un renversement de jeu, le très remuant Doumbia repiqua de la gauche vers l’axe, effaça deux Azuréens, et frappa fort au premier poteau. Cardinale, de retour dans le 11 de départ, ne put qu’effleurer le cuir.

Placés en 4-3-3 sur les phases défensives, puis en 3-6-1 avec des ailiers collés sur aux lignes extérieures sur les mouvements offensifs, les joueurs de Patrick Vieira s’assurèrent la possession, cherchèrent à bouger les deux rideaux champenois... mais se cassèrent les dents sur un groupe concentré dans l’axe du jeu.

Après 45 minutes, les Rouge et Noir ne se procurèrent aucune occasion franche. La frappe de Lees-Melou fut déviée et passa loin du cadre (9’) ; le déboulé d’Atal, qui gomma 3 adversaires de son chemin, s’acheva par un arrêt de Mendy (18’) ; le tir de Cyprien manqua de précision (27’) ; la tête de Danilo de puissance (37’). Le coup de front de Tameze s’échappa loin des bois (38’) juste avant la pause.

S’il ne trembla pas, le dernier champion, de L2, placé en 4-2-3-1, s’appliqua à respecter son plan de jeu et fit, dans le sens inverse, passer quelques sueurs froides aux locaux durant les 45 premières minutes. Une merveille de jeu court aboutit à une nouvelle frappe surpuissante de Doumbia, bien claquée par Cardi’ au dessus de sa barre (29’). Dans la foulée, Chavarria, généreux en pointe, reprit une ouverture de volée, sans parvenir à trouver le cadre (30’).

UNE RÉVOLTE MAIS PAS D’EFFICACITÉ

Saint-Maximin sonna la révolte, dès le début du second acte. Souvent placé en pointe, le numéro 7 décocha un missile dès son retour sur le pré. Mendy se coucha, relâcha la gonfle, puis inventa un deuxième arrêt "au rebond" sur un essai de Srarfi, qui eut le malheur de se gêner avec Cyprien au moment de reprendre (50’).

Cette première grosse opportunité mit les Niçois dans le ton. Cette montée en régime se confirma au fil des minutes. Le coach Vieira fit entrer Lamine Diaby-Fadiga, pur 9, en pointe, à l’heure de jeu, ce qui permit à "ASM" de retrouver le couloir gauche. L’effet fut immédiat : Saint-Max’ trouva Cyprien, qui délivra une passe délicieuse pour Lees-Melou, dont la conclusion parfaite fut anéantie par une positions de hors jeu (61’).

Les hommes du Comté mirent de plus en plus de conviction et de rythme dans tous leurs mouvements. Leurs visiteurs ne sortirent plus beaucoup de leur moitié de terrain. Les minutes s’égrenèrent, étirant les lignes, éprouvant les corps. Le Gym poussa, mais Lees-Melou se montra trop court pour pousser au fond une tentative d’Atal (82’), et les dès furent définitivement jetés.

Le Gym sort de cette première journée plombé par son entame. Avec, forcément, des regrets, et l’envie de retrouver les terrains au plus vite pour lancer sa saison.

LA RÉACTION DE PATRICK VIEIRA

Ce qui était important ce soir c’était de créer des situations. La réussite n’était pas là mais elle sera peut être là au prochain match. Les opportunités on les a eues. On a manqué de réussite sur 2-3 coups. On n’a pas eu assez de joueurs capables d’attaquer l’espace. On a manqué de présence dans la surface aussi, on doit améliorer notre placement. Mais c’est dommage car les joueurs méritaient au moins le match nul. Il faut continuer à travailler. L’idée, la structure étaient là. Après il faut trouver le bon placement. On a vu de très bonnes choses mais on a encore du travail et on va s’y remettre dès lundi. Renforcer le message technique et tactique qu’on met en place depuis la reprise. Croire en ce qu’on fait. J’ai les idées claires, je ne vais pas changer de trajectoire suite au match de ce soir. On a les joueurs pour jouer de cette manière.

LA RÉACTION DE DANTE

C’est dommage de prendre un but aussi tôt. On est tous déçus du résultat, mais dans la manière, l’équipe a tout donné. En 1re mi-temps, on aurait dû oser un peu plus. La 2e était bonne, nous avons réussi tout ce que le coach nous avait demandé. Nous avons fait un pressing haut, récupéré le ballon, eu des occasions...

A Nice, Allianz Riviera,

OGC Nice Stade de Reims (0-1 ; 0-1 à la mi-temps)

Arbitre : Johan Hamel

But : Doumbia (2e) pour Reims

Avertissements : Cyprien (89e) pour Nice ; Doumbia (23e), Cafaro (82e) pour Reims

OGC Nice : Cardinale - Atal, Hérelle, Dante (cap), Boscagli (Makengo 82e) - Tameze, Danilo (Sacko 90e), Cyprien - Lees-Melou, Srarfi (Diaby-Fadiga 60e), Saint-Maximin.

Stade de Reims : Mendy - Métanire, Fontaine, Abdelhamid, Konan - Romao, Chavalerin - Oudin (Ndom 76e), Martin (cap) (Cafaro 69e), Doumbia - Chavarria (Kyei 89e).

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message