OGC Nice - Stade Rennais (2-1) : renversants !

Au terme d'un match épique, le Gym s'impose pour la première fois de la saison à domicile. Menés au score, les Aiglons ont trouvé les ressources pour arracher la victoire en fin de match.

Pour son retour à l’Allianz Riviera, Hatem Ben Arfa ne s’attendait sûrement pas à un accueil aussi hostile. A vrai dire, personne ne savait trop à quoi s’attendre. Hatem avait illuminé de son talent la saison 2015-2016 du Gym, laissant un souvenir impérissable à tout supporter du Gym. Son but à Saint-Étienne restant un moment fort de sa carrière. Mais son choix de rejoindre le Stade Rennais, en toute fin de mercato, a déçu beaucoup de supporters qui s’attendaient à revoir Ben Arfa en rouge et noir.

Ils l’ont finalement vu... Sur le banc adverse. Chahuté lors de la présentation des joueurs, Ben Arfa a eu droit à une banderole cinglante "Mieux vaut être une ex qu’une p**e", puis à des chants hostiles à plusieurs moments du match.

Bien calé sur le banc, il a pu assister au début de match explosif du Gym, qui a enflammé l’Allianz Riviera dès la troisième minute, Myziane voyant son tir en pivot arrêté par Koubek. Positionnés en 3-5-2 avec Coly et Jallet sur les côtés, les Aiglons poussent d’entrée et auraient pu obtenir un premier pénalty pour une faute de Mexer sur Saint-Maximin (8e).

C’est ensuite Lees-Melou qui se met en évidence, après une reprise de volée monstrueuse qui échoue sur la barre transversale après un corner (15e).

Le match aurait pu basculer à la 18e minute, lorsque Tamèze commet une faute dans la surface. Cette fois, c’est pénalty et alors que Bourigeaud s’élance et tire, Walter Benitez l’arrête. Dans la foulée de son match à Lyon, le gardien argentin se met encore en évidence et permet au Gym de garder la tête hors de l’eau.

La rencontre baisse en intensité, Nice laisse le ballon à Rennes et la mi-temps arrive. Pas trop tôt, pense-t-on dans les travées de l’Allianz Riviera. Ce n’est que le début...

ATAL BAZOOKA

Le feu follet Saint-Maximin dirige l’attaque des Aiglons, déposant notamment un ballon sur la tête de Lees-Melou (54e) mais toujours sans réussite.

Et contre le cours du jeu (on a l’habitude avec le Gym) c’est Rennes qui prend les devants, lorsque Del Castillo arme une frappe puissante aux 25 mètres. Malang Sarr dévie involontairement du torse, la trajectoire surprend Benitez qui avait déjà plongé (0-1, 58e).

Piqué au vif, Patrick Vieira sort un premier atout (ou Atal) de sa manche. Youcef Atal rentre à la place de Christophe Jallet, et dès son premier ballon, il enflamme la rencontre. Il lance Myziane en profondeur et ce dernier efface Koubek, il redresse mais sa tentative est déviée sur le poteau par le gardien qui réalise un arrêt magnifique du bout du pied (68e).

Atal, toujours lui, se lance dans une percée héroïque côté droit, et s’enfonce dans la surface avant de s’écrouler au contact de Bensebaini... Ou pas contact puisqu’après plusieurs minutes de confusion et d’utilisation de la VAR, l’arbitre Jérôme Miguelgorry annule le pénalty. On va pas se mentir, on avait vu qu’effectivement il n’y avait eu aucun contact entre les deux joueurs. Mais chut, ça reste entre nous !

Déchaîné sur son côté droit, Atal dynamite la fin de rencontre et propose des solutions et de la vitesse. Mais c’est sur une combinaison Cyprien-Coly que le match bascule. Coly remet pour Myziane, dont le contrôle légèrement manqué permet à Saint-Maximin de fusiller Koubek pour égaliser (1-1, 77e) à un peu plus de dix minutes de la fin.

Déjà bouillant, l’Allianz Riviera exulte et pousse derrière les Aiglons. Une première tentative d’enroulé de Myziane passe au-dessus (86e). Mais Lees-Melou ne laissera pas passer sa chance. Terriblement malchanceux contre Dijon, le milieu enroule une merveille de ballon aux 18 mètres qui vient se loger dans le petit filet de Koubek ! (2-1, 89e).

Un but qui scelle le sort d’une rencontre folle, et qui a tout d’un succès fondateur pour le Gym. A deux semaines de la réception du PSG, espérons qu’elle serve d’exemple aux Aiglons pour essayer d’aller accrocher un succès de prestige.

LE MATCH EN ÉMOJIS

🤗 : un premier succès à domicile qui fait du bien
💪 : la défense plutôt solide durant le match
🚀 : Saint-Maximin, également dragster à ses heures perdues
💣 : Atal, véritable détonateur de la fin de match
😍 : l’ambiance et la Populaire Sud qui n’a pas lâché ses encouragements
👻 : Jordan Siebatcheu, porté disparu
🚧 : Benitez et Koubek, deux très bons gardiens ce soir

LA RÉACTION DE PATRICK VIEIRA

« J’ai aimé l’attitude des joueurs. J’ai aimé le fait qu’on ait continué a jouer malgré le fait d’être menés au score. J’ai aimé l’état d’esprit de l’équipe. Nous avons été récompensés de nos efforts. A l’arrivée on marque ces deux buts mérités. On est dans la continuité de ce qu’on a démontré à Lyon dans l’état d’esprit. On a franchi un palier de ce côté là, au niveau mental. Aujourd’hui c’était face à une très bonne équipe, qui était bien organisée. Prendre un but avec les joueurs rapides qu’ils ont devant, c’était compliqué mais on a gardé notre discipline et on a continué à jouer. La qualité des joueurs nous a permis de marquer ».

LA RÉACTION DE CHRISTOPHE HÉRELLE

« Cette première victoire devant nos supporters fait du bien, enfin ! On avait à coeur de confirmer les 3 points pris à Lyon. On a réussi à le faire, dans la difficulté. Depuis le début, nous n’avons pas fait que des mauvaises choses. Nous avons commis des erreurs, mais nous en avons tiré les enseignements, et continué à travailler. Aujourd’hui, ça paye. Il faut poursuivre ainsi ».

LA RÉACTION DE ALLAN SAINT-MAXIMIN

« On avait à cœur, après notre gros match de Lyon, de réitérer une belle performance. C’est ce qu’on a réussi à faire. On voulait vraiment remporter ce match, nous avons essayé de réaliser une grosse entame. Et puis le coach nous a reboostés à la mi-temps, il nous a dit qu’on donnait le bâton pour se faire battre. Cette phrase nous a vraiment interpellés. On s‘est dit qu’il fallait sortir un grand match et, surtout, aller chercher la victoire. On a beaucoup d’ambition mais comme je le dis, il faut regarder les actes, pas les paroles. Et c’est notre deuxième match où les actes parlent, j’espère qu’on va continuer comme ça ».

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 2-1 Stade Rennais FC (mi-temps : 0-0)

Affluence : 16 887 spectateurs

Arbitre : M. Jérôme Miguelgorry

Buts : Saint-Maximin (77e), Lees-Melou (89e) pour Nice ; Sarr (58e csc) pour Rennes

Avertissements : Hérelle (40e), Dante (60e), Atal (74e), Tameze (79e) pour Nice ; Léa-Sliki (45e)

OGC Nice : Benitez - Jallet (Atal, 62e), Hérelle, Dante (cap), Sarr, Coly - Lees-Melou, Tameze, Cyprien - Myziane (Boscagli, 92e), Saint-Maximin.

Stade Rennais FC : Koubek - Zeffane, Da Silva, Mexer (Gélin, 15e), Bensebaini - André (cap), Léa Siliki - Bourigeaud (Sarr, 68e), Grenier, Del Castillo - Siebatcheu (Niang, 78e).

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message