Paris SG - OGC Nice (3-0) : au fond du trou

Nouveau naufrage collectif pour le Gym, incapable de rivaliser avec des parisiens bien supérieurs (3-0). Avec un niveau pitoyable, Nice fait vraiment peur à voir.

Les semaines passent et se ressemblent pour Nice. Tellement qu’il n’y a plus vraiment grand chose à dire. Le contenu des matchs est pauvre et dès la composition d’équipe, on sent la défaite.

Le déplacement à Paris ne faisait pas exception à la règle. Cardinale, dans les buts, étant en plus remplacé à la dernière minute par Walter Benitez. Dante, catastrophique depuis un mois, est maintenu à son poste. Patrick Burner et Arnaud Lusamba, pas habitué breau onze de départ, sont alignés d’entrée de jeu. Pierre Lees-Melou, qui mêle le bon et le moins bon, est aussi présent. Balotelli est aligné en pointe, heureusement.

Et pourtant... Dès la troisième minute, Cavani ouvre le score tranquillement, sur un coup de pied arrêté pourtant anodin (1-0, 3e).

Derrière, le Gym tente de démarrer, mais difficile de composer sans Seri. Quelques rares incursions dans le camp parisien, une frappe lointaine de Sneijder, et puis c’est tout.

A la demi-heure de jeu, Di Maria lobe la défense de Nice, encore une fois trop passive et trouve Cavani seul dans l’axe. Benitez fait une Cardinale en ratant sa sortie, et l’uruguayen marque tranquillement dans le but vide (2-0, 31e).

Avant la mi-temps, seul Mbappé se procure quelques occasions devant le but niçois, sans succès. Heureusement.

La deuxième mi-temps n’est pas mieux, ennuyante au possible et avec un Dante au sommet de son art, qui s’offre le luxe d’inscrire un but contre son camp sur une remise pourtant anodine de Cavani (3-0, 52e).

Le reste du match est un calvaire pour des Niçois acculés dans leur camp. Il ne se passe rien et Nice n’a visiblement pas envie de jouer. Comble du bonheur, Saint-Maximin, entré en jeu pour dix minutes, s’est blessé. De très bonne augure avant le match contre la Lazio jeudi.

En fait, on dirait qu’ils n’ont plus envie depuis la défaite face à Marseille (2-4, le 1er octobre). Fini, le beau jeu qui avait tant fait briller le Gym la saison passée. Finie la défense solide, avec de vrais défenseurs et un vrai gardien. Nice fait vraiment peur.

Remarque, le Gym est dans le thème : Halloween, c’est mardi.

Au classement, le Gym s’enfonce, d’autant plus que tous les autres matchs de la journée restent à jouer. La crise est sérieuse, il faut arrêter de se cacher derrière des excuses de fatigue ou de récupération. Il faut sortir du onze les joueurs qui commettent des erreurs (coucou Dante) et qui pénalisent le reste de l’équipe. Nice va-t-il refaire le coup de la saison 2013-2014 ? A savoir passer d’une troisième place à une dix-septième place, sans que l’équipe aie vraiment changé, et avec une magnifique série de sept défaites consécutives ? On y va tout droit.

Jeudi, Nice se rend à Rome pour un match capital, dans lequel il va falloir être très fort car vu le niveau vu ces derniers temps, c’est pas gagné. Puis ce sera Dijon qui se présentera à l’Allianz Riviera dimanche prochain. Attention à l’adversaire, car si Amiens, Troyes et Strasbourg ont pu battre le Gym, Dijon en est tout à fait capable.

PAROLES, PAROLES...

Maxime Le Marchand : « Nous avons été dominés dans tous les domaines. C’est un grande équipe, on le savait. On n’a rien laché quand même jusqu’au bout, mais on voit qu’ils nous étaient largement supérieurs. Ils étaient au-dessus de nous sur le plan technique. Malgré la pression, ils arrivaient à sortir, alors que de notre côté nous n’avons pas trouvé les solutions. Là, on prend une claque. On va bien travailler car on voit qu’on a encore du boulot à réaliser. J’espère qu’il y aura une grosse prise de conscience de chacun. On va se remettre au travail, il n’y a que comme ça qu’on peut renouer avec la victoire et être performant ».

A Paris, Parc des Princes,
Paris SG 3-0 OGC Nice (mi-temps 2-0)

11e journée de L1 - 27/10/2017

45 000 spectateurs environ

Arbitre : Tony Chapron

Buts : Cavani (3’, 31’), Dante (52’ csc) pour Paris

Paris SG : Areola - Dani Alves, Thiago Silva (cap.), Kimpembe, Berchiche - Rabiot (Lo Celso, 66’), Verratti, Draxler - Di Maria, Cavani (Lucas, 85’), Mbappé (Pastore, 80’)

OGC Nice : Benitez - Jallet, Marlon, Dante (cap.), Le Marchand, Burner - Lusamba, Mendy (Tameze, 66’), Lees-Melou (Saint-Maximin, 78’) - Sneijder - Balotelli (Plea, 72’)

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message