Pierre Lees-Melou, la troisième recrue de l’OGCN

Pierre Lees Melou vient tout juste d'être transféré à L'OGCN. Il rejoint les rouges et noirs. Il était en conférence de presse la semaine dernière. Portrait d'un joueur atypique.

Pierre Lees Melou, la dernière recrue de l’OGCN

Encore une fois, selon le président de l’OGCN, « c’est un joueur que l’on a suivi depuis longtemps. C’est un grand plaisir de l’accueillir également. On espère qu’il va pouvoir avec le coach et tout le monde ici se sentir bien. Il faut qu’il continue de progresser pour montrer toutes ses qualités.
Pierre Lees Melou a déjà l’expérience de la Ligue 1. »
Il enchaîne : « Il a montré toutes ses qualités cette année à Dijon. Pas mal de buts, de présence. C’est un petit peu la différence par rapport aux autres. Il est déjà tout de suite prêt, tout de suite là. Il nous a déjà montré de bonnes qualités à l’entraînement, même si l’on n’a pas fait de séances très longues pour le moment. »

Pierre, quelle était ta réaction quand tu as su que le GYM s’intéressait à toi ?

Pierre Lees Melou répond : « Forcément, ça fait toujours plaisir, c’est toujours une bonne nouvelle quand un club comme Nice s’intéresse à vous. J’ai quand même continué à jouer mon football sans me déconcentrer. Je suis très content d’être à Nice, de pouvoir commencer ce nouveau projet. Il me tardait de reprendre. »

Après Dijon, intégrer l’équipe de Nice, c’est une suite logique, pour toi dans les équipes qui jouent au ballon ?

Une suite logique, je ne sais pas, répond Pierre Lees.
« C’était important, d’aller dans une équipe qui joue au ballon comme Nice.
Ça correspond à mon jeu, au niveau de la technique, du jeu au sol. »

Étais-tu déjà en contact avec Arnaud Souquet ?

« J’étais un peu en contact avec lui. On s’entendait très bien à Dijon. On restait souvent ensemble donc forcément, j’avais des infos de l’intérieur du club ».

Bordeaux était intéressé par ton profil, pourtant tu choisis Nice. Qu’est-ce qui fait qu’à un moment ça bascule pour toi ?

« Oui, apparemment ils étaient intéressés, mais forcément Nice, il y avait eu des contacts tôt, ils étaient sur moi depuis un petit moment. Comme je l’ai dit, le projet est très intéressant. La philosophie de jeu, le coach, le staff fait que je voulais venir ici. »

« Aucune rancune par rapport à Bordeaux, j’ai toujours dit que je les remerciais. C’est eux qui m’ont formé pendant 6 ans. Ils m’ont appris toutes les gammes “pied droit, pied gauche, tête.”
J’étais trop petit, pas assez bon, tant pis pour moi. »

Tu es conscient que tu reviens de loin, que tu as un parcours atypique ?

« Oui, tout à fait, c’est pour ça que j’ai toujours le sourire. Je vais toujours à l’entraînement avec l’envie de travailler. Je me rends compte que j’ai beaucoup de chance d’être ici."

Le fait que Nice joue le tour préliminaire de la Ligue des Champions, ça t’a décidé par rapport à d’autres clubs ?

“Forcément, ça fait rêver, ça donne envie. Après, c’est un palier important par rapport à Dijon, mais je suis venu ici pour travailler donc je suis prêt à "en baver". Je suis prêt à jouer ce tour préliminaire."

À l’époque tu jouais à l’Ege-Cap-Ferret en amateur, est-ce que dans un coin de ta tête devenir professionnel ?

"Non, je jouais au football, je prenais du plaisir, mais ça s’arrêtait là. La marche était trop haute, puis c’était fini pour moi. Pourtant, quand l’occasion se présente, on n’hésite pas, on fonce…"

Coach, des joueurs avec un parcours de vie différent, qui n’ont pas été professionnel tout de suite, ça change dans un vestiaire, dans une équipe ?

Lucien Favre répond : ‘Non, absolument pas. Je trouve même ça très intéressant. Ils ont vécu des situations compliquées, ils ont su en tirer les côtés positifs. Ils ont su réagir."

"Ils ont forcément une autre réflexion. Il y avait beaucoup d’incertitudes. Toute façon, une carrière, est faite d’incertitudes. Il l’a dit, il joue pour le plaisir, sans avoir de pensées plus lointaines. D’un coup, c’est revenu. Maintenant, il y arrive, il est motivé. Ça dénote aussi d’une certaine intelligence du joueur.

Quand vous me parlez du vestiaire, c’est toujours important d’avoir des joueurs comme ça."

Coach Favre, est-ce que c’est un titulaire en puissance ?

"Question piège ça", enchaîne Lucien Favre. "Je ne peux pas vous dire. Si on a pris Pierre Less Melou c’est que j’ai rapidement vu ses qualités. Il peut jouer en 4-3-3 comme milieu droit, intérieur.
Il peut jouer en 4-2-3-1 ou en 4-4-2, comme milieu extérieur droit. C’est important d’avoir un joueur de cette qualité-là, qui marque des buts. Il court énormément."

Le travail et la polyvalence est-ce que c’est vraiment deux qualités qui sont importantes pour vous, en s’adressant à Lucien Favre.

"Avoir envie de travailler, c’est ce que fait tout le monde. Avoir envie d’avancer, sans se mettre trop de pression. Lui aussi a un potentiel, il a des choses à améliorer, ce qui est logique, à 24 ans. C’est très jeune. La polyvalence est importante, car on peut passer d’un système à un autre. Toutes les équipes recherchent ce type de joueur."

Pierre Lees Melou, où est-ce que tu te sens le mieux sur le terrain ?

Pierre répond : " l’année passée, j’ai joué un peu de partout. J’aime bien être au cœur du jeu, comme sur les ailes. Du moment que je suis sur le terrain, je suis content."


Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message