Rugby : tout bonus pour le Stade Niçois !

Après son succès à Beaune il y a 15 jours, le Stade Niçois s’impose de nouveau 25 à 6 face à Villeurbanne et empoche même le point de bonus offensif en fin de match.

Il était temps pour les niçois de revenir aux Arboras. En effet, les azuréens restaient sur 3 matchs d’affilée à l’extérieur avec un bilan positif : 2 victoires (à Macon et Beaune) et une défaite sur les terres de Chambéry. L’objectif est donc clair : une victoire et rien d’autre face à une équipe de Villeurbanne très dur à manœuvrer, 8e au classement (les niçois sont quant à eux 4e).

L’entame de match est clairement en faveurs des visiteurs. Les banlieusards de la région lyonnaise prennent la possession du ballon dès le coup d’envoi. Ce sont d’ailleurs les visiteurs qui ouvrent le score dès la 3e minute grâce à une pénalité réussie de leur ouvreur (0-3). On pensait que les niçois allaient réagir et bien c’est le contraire qui se produit. Les joueurs de l’ASVEL continuent de tenir le ballon dans le camp adverse. Mais ils se heurtent à la défense aiglonne qui résiste. Les visiteurs passeront deux fois la ligne d’en but des rouges et noirs mais un retour magistral de l’ailier azuréen et un en-avant sauvent les locaux. La 2e meilleure défense du championnat ne craque pas et permet aux Aiglons de jouer, enfin, dans le camp adverse.

La deuxième partie de la mi-temps est nettement en faveur des locaux qui multiplient les temps de jeux, égalisent (3-3) et passent même devant au score avec une pénalité en coin (6-3) grâce au buteur maison : l’arrière Sylvain Romain. Il faut attendre les dernières secondes de la première mi-temps pour voir un essai. Suite à une mêlée à 5 mètres de l’en-but de Villeurbanne, les niçois écartent et c’est (encore) Sylvain Romain qui aplatit le premier essai (11-3).

Un point de bonus en bonus

La deuxième période est à l’image du temps qui plane sur le stade des Arboras, mitigé. Nuageux mais avec quelques rayons de soleil. Ces derniers viendront notamment d’un essai de pénalité glané par les avants niçois qui concassent leurs homologues villeurbannais à 20 minutes de la fin du match. Les locaux sont devants 18 à 6.

La victoire se profile pour les rouges et noirs. Les changements effectués par le coach, David Bolgashvili, font du bien et permettent même à Dov Kosse de marquer le 3e essai dans les derniers instants de la partie. Essai synonyme de bonus offensif presque inespéré pour le Stade. Victoire 25 à 6.

Mauvaise note pour la touche

Cette victoire, les stadistes sont allés la chercher à la fois avec le talent individuel et à la fois avec l’esprit collectif qu’il y règne depuis plusieurs saisons. Cependant, le point noir de ce succès reste la touche. Beaucoup de ballons perdus sur ses propres lancés que ce soit en phase offensive (dans les 22m adverse) ou en phase défensive (dans ses propres 22m).

La touche n’a pas été au rendez-vous mais c’est plus la conquête en générale qui n’a pas été régulière. La mêlée par exemple. Les locaux ont ultra dominé sur les premières mêlées avant de se faire pénalisé à plusieurs reprises au cours du match.

Point positif, elle a su répondre présent lors des moments clés (l’essai de pénalité arrive suite à une succession de mêlées dominées par les niçois). Un point qu’il faudra rectifier lors des prochaines rencontres contre les gros de la poule 4 de la Fédérale 1.

Le Stade dans le top 5

Suite à cette victoire à 5 points, les niçois se replacent bien au classement : 4e à 1 petit point de la seconde place occupée par Bourgoin et 3 points d’avance sur le 5e, Hyères.

La semaine prochaine, les joueurs de David Bolgashvili se déplacent à La Seyne-sur-Mer, juste devant eux au classement avant de recevoir Grasse, le 21 Octobre au stade des Arboras pour ce qu’on appelle un derby.

Pierre Ferrand

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message